L’expertise par analogie d’un parquet de lapins

conçue par Gérard MICHAUD juge de cuniculiculture

Préliminaire, principe et méthode.

Chaque individu hérite de ses parents et de ses grands-parents d’un certain nombre de particularités physiques, de forme et d’aptitudes distinctives  qui lui sont propres. Ces faits relèvent de ce que l’on appelle l’hérédité.

Pour rester simple, l’hérédité se traduit par la ressemblance plus ou moins étroite et fidèle des particularités – des descendants à leurs parents. C’est sur cette base que repose l’expertise analogique d’un parquet de lapins, puisque chaque individu hérite des qualités ou défauts qu’il tient de ses parents, de la lignée des ancêtres qui l’ont constituée.

Principe

Dans des conditions d’âge et de même origine, un parquet de lapins doit être avant tout homogène dans son apparence. Les sujets doivent se ressembler, avoir même type, même taille, même forme, bien que la différence entre un mâle et une femelle doit apparaître au premier coup d’œil.

Le principe de l’expertise par analogie d’un parquet de lapins se fonde sur les ressemblances ou les différences plus ou moins saisissantes des caractères morphologies extérieurs relevés entre les sujets du parquet.

Plus les caractères spécifiques de la race seront homogènes, marqués et communs à l’ensemble des sujets, plus les animaux du parquet seront considérés proche de la perfection, de l’idéal pour exprimer l’influence des qualités héréditaires des parents reproducteurs.

L’examen comparatif demande une bonne connaissance des attributs, des formes extérieures du lapin, un bon coup d’œil et une habileté pour relever par la comparaison synthétique des impressions visuelles fournies par les sujets du parquet la cohérence ou la similitude des particularités raciales des animaux entre eux.

Méthode

Pour réaliser l’expertise on tient compte de trois groupes de caractères observables, identifiables et héréditaires . A chaque groupe sont associés des critères  de comportement destinés à faciliter le jugement et à exprimer le degré de l’idéal acquis par l’emploi d’une grille ou d’une échelle de pointage.

Ces groupes  avec leurs critères qualificatifs sont les suivants :

Groupe 1 – Aspect général et qualité de la présentation.

Présentation , soins, état d’entretien et de propreté

Condition,entrain vivacité

Dimorphisme sexuel

Groupe 2 – Homogénéité des caractères naturels fondamentaux.

Apparence, homogénéité du type

Cohérence des masses et tailles

Répartition des masses musculatures

Adiposité, régularité (fanon)

Groupe 3 – Harmonie des spécificités raciales.

Fourrure:densité, longueur, tenue

Couleur, brillance, argenture,uniformité

Répartition et pureté des marques,

Sous/couleur, entre couleur (intensité)

L’échelle de pointage

L’échelle de pointage traduit les ressemblances ou les différences entre les sujets en exprimant le degré de l’idéal de perfection ou l’ampleur des défauts acquis par les animaux du parquet.

tableau

Pour rester simple, ces cases  de 0 à 4 correspondent au nombre de sujets dont les critères sont repérés identiques, semblables avec des qualités sans différence manifeste. ( 2 étant mieux que 1, 4 étant l’idéal).

Comment procéder ?

L’observation des animaux en groupe constitue la base de l’expertise d’un parquet.

Pour asseoir le jugement des experts et faciliter l’expertise, il est donc d’une très grande importance de placer les animaux dans des conditions de confort identiques et de choisir un endroit très bien éclairé pour présenter ensemble côte à côte sur la planche à jugement confectionnée à cet effet, tous les lapins du parquet.

Si les lapins sont remuants, on cherchera à les contenir de la main sans les porter.

Appréciation du Groupe 1 :

Aspect général : L’apparence et l’impression visuelle synthétique de l’ensemble des animaux sont prépondérantes à l’appréciation des critères de ce groupe qui comprend :

Condition physique et qualité de la Présentation

En se plaçant à une distance convenable, l’observation doit embrasser l’ensemble des animaux du parquet qui ne doit pas montrer d’inégalités trop frappantes.

Le parquet doit être mis en valeur par les conditions  physique des sujets et par leurs attitudes :

– l’ensemble doit donner une impression de force et d’équilibre en rapport avec la race des lapins présentés.
– Il faut que les sujets ne présentent aucun défaut qui saute aux yeux.
– L’ensemble doit être bien proportionné, agréable au regard. Les sujets doivent être bien construits, pleinement développés et harmonieux dans toutes leurs parties.

Condition de santé : Il est important de s’assurer de la bonne santé des animaux. Sans la possession d’une santé parfaite tous les autres critères sont inutiles.

Divers indices peuvent renseigner l’observateur sur les conditions de santé : Vitalité, entrain, intérêt pour l’entourage, vivacité du regard (œil vif).

Maigreur, même si le poids minimum est atteint.

Dimorphisme sexuel (reconnaissance des sexes)

Pour l’espèce lapin dans des conditions d’âge identiques, les particularités des caractères morphologiques liées au sexe diffèrent peu, n’entraînant pas de dissemblance importante, néanmoins la différence entre un mâle et une femelle doit apparaître au premier abord par l’expression de la tête.

Un bon lapin mâle doit avoir une belle tête, expressive et proportionnée au corps. Le relief de la tête, l’aspect de l’œil sont des critères importants autant que l’ampleur du « bassin » pour exprimer le dimorphisme sexuel de la femelle.

Pour le pointage de ce critère, il sera donc réservé une grande importance à l’observation de l’harmonie du corps, de la tête des mâles que l’on doit reconnaître au premier coup d’œil.

 Appréciation du GROUPE 2. Homogénéité des caractères naturels fondamentaux.

L’homogénéité ou la similitude apparente du type et de la conformation des sujets sont d‘une grande importance pour le pointage du groupe 2.

Placés à une courte distance, les critères de ce groupe méritent que l’on s’attache à observer soigneusement les sujets de face, de coté, de dos et du dessus.

Il s’agit de remarquer la concordance du type et de la conformation de tous les sujets, il n’est pas admis de différence, tous les lapins doivent être identiques en forme et type avec peu d’écart de masse.

suggestions pour apprécier le TYPE : Lorsqu’il y a harmonie entre le tronc et les membres, la taille est l’expression du type.

Il s’agit de s’assurer : Que la taille et la masse correspondent à celles décrites au standard de la race.

Que la silhouette ou la forme des sujets soit concordante avec le type, elle peut être : ramassée, allongée, cylindrique, arquée ou encore en mandoline.

Le niveau de valeur 0 ou 1 sera décerné en présence d’un sujet dans l’une des situations suivantes : Taille insuffisante ou excessive, mauvaise forme, disproportion entre certaines parties du corps.

suggestions pour apprécier la CONFORMATION :

L’idée directrice pour l’appréciation de la conformation tient dans la recherche du développement maximum des parties les plus riches en chair, donc de la constitution du tronc et de la répartition des masses musculaires. En conséquence plus le tronc sera développé en rapport avec les caractéristiques raciales, meilleure sera la conformation puisque c’est sur cette partie du corps que se trouvent groupées les masses musculaires. Une attention sera portée tout de même sur les épaules et la poitrine.

Pour les femelles moins le fanon aura d’ampleur mieux cela vaudra, car son développement est l’indice d’une peau ample et épaisse qui se transmet par hérédité

Il faut écarter les sujets avec trop d’embonpoint comme les sujets dont les épaules s’amenuisent ou s’étrécissent, ceux dont les flancs se creusent.

Pour ce groupe, la notion d’homogénéité est d’une très grande importance, elle est nécessaire pour donner à l’ensemble un effet d’esthétique, d’harmonie et de beauté.

Appréciation du GROUPE 3. Harmonie des originalités raciales

L’harmonie précise l’accord bien proportionné et l’uniformité des caractères morphologiques entre les individus placés sous les yeux des experts.

L’appréciation de ce groupe repose sur les critères suivants pour lesquels on doit rechercher la plus parfaite uniformité.

Qualité de la fourrure : finesse, densité, souplesse
Couleur et Marques : brillance, intensité, uniformité
Répartition des marques, pureté

Les résultats de l’expertise du parquet se présentent sous l’appellation « PAP » Pointage analogique du parquet noté sous la forme d’un niveau de valeur compris entre 0 et 4.  Le niveau quatre exprime l’excellence de la prédominance des qualités raciales et de la technique de la sélection des animaux reproducteurs.

L’expertise par analogie s’emploie uniquement dans l’organisation du tournoi des élevages classés pour constituer un concours d’élevage de haut niveau qui exige de l’éleveur exposant une préparation attentive et des connaissances pour assurer la constitution d’un ensemble de sujets parfaits et d’une grande homogénéité raciale.